Référence : BW24829
Auteur : A. W.
Type : Maire-info
Thème : Finances et fiscalité locales
Rubrique : Généralités - documents d'ensemble
ATTENTION : la reproduction partielle ou totale, par toute personne physique ou morale et sur tout support, des documents et informations mis en ligne sur ce site sans autorisation préalable de l'AMF et mention de leur origine, leur date et leur(s) auteur(s) est strictement interdite et sera susceptible de faire l'objet de poursuites.
Référence : BW24829

Grand plan d’investissement : 10 milliards d’euros accessibles aux collectivités

26 septembre 2017

 Abonnez-vous à Maire Info

Le Premier ministre, Édouard Philippe, a dévoilé hier les contours du Grand plan d’investissement promis par Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle. Au lieu des 50 milliards d’euros initialement annoncés, c’est finalement une enveloppe de 57 milliards d’euros qui sera allouée sur cinq ans (2018-2022). L’objectif : « Accélérer l’adaptation de la France au XXIe siècle et préparer l’avenir des générations futures ».
Ce plan porte sur quatre priorités : la transition écologique (20 milliards d’euros), la formation professionnelle (15 milliards d’euros), la compétitivité et l’innovation (13 milliards d’euros) et la transformation numérique (9 milliards d’euros).
Élaboré sur la base du rapport de Jean Pisani-Ferry, remis officiellement hier à l’hôtel de Matignon, ce plan repose en partie sur une mobilisation de la Caisse des dépôts et de la Banque européenne d’investissement afin de ne pas creuser le déficit mais aussi sur une réorientation d’investissements existants. Au final, ce sont 24 milliards d’euros – sur les 57 – qui sont réellement de nouvelles mesures budgétaires.
Jean Pisani-Ferry a d’ailleurs rappelé que ce Grand plan d’investissement « n’est pas un plaidoyer pour plus d’investissements publics en général ou pour un grand plan d’infrastructures ».
Alors que ses premières actions seront financées dès le 1er janvier prochain, ce plan sera piloté depuis Matignon et ses dépenses seront réorientées chaque année en fonction de « ce qui marche et ce qui ne marche pas », a déclaré Édouard Philippe.
Dans le détail, la première priorité – l’accélération de la transition énergétique – permettra d’aider les propriétaires modestes à rénover leur logement (9 milliards d’euros), déployer un système de transport durable (4 milliards d’euros) et développer l’énergie renouvelable (7 milliards d’euros).
Le deuxième axe vise à former deux millions de chômeurs à faible qualification et de jeunes décrocheurs afin de « faire revenir à l’emploi 300 000 personnes d’ici 2022 », a souligné Jean Pisani-Ferry.
Le troisième volet – la compétitivité –soutiendra « l’excellence scientifique française » et les entreprises « innovantes dans les secteurs de demain » ainsi que des mesures pour l’agriculture.
Enfin, dans le cadre de la transformation numérique de l’État, un fonds de 700 millions d’euros sera mis en place pour la transformation de l’action publique. La numérisation des hôpitaux et le déploiement de la télémédecine seront également au c½ur de ce chantier.
Parmi ces 57 milliards d’euros, 10 milliards seront accessibles aux collectivités alors que les territoires ultramarins bénéficieront d’investissements à hauteur d’un milliard d’euros afin de permettre leur « transformation ». Ces investissements pourront être utilisés dans le cadre des quatre priorités du gouvernement. Il pourra ainsi permettre, par exemple, d’accompagner la rénovation thermique des bâtiments des collectivités (3 milliards d’euros), le développement du très haut débit ou encore le financement du « doublement des maisons de santé » et la modernisation de leurs administrations (0,3 milliard d’euros). « Un compteur sera mis en place pour suivre ces investissements », précise Jean Pisani-Ferry dans son rapport.

A.W.
© Association des maires de France et présidents d'Intercommunalité - Mentions légales - Contact
41, quai d'Orsay 75343 Paris Cedex 07 - Tél. : 01 44 18 14 14 - Fax : 01 44 18 14 15
Partager sur :