Espace des Associations départementales


Identifiant : Mot de passe :

Demande de code, mot de passe perdu

Retour sur la Rencontre de l'AMF
"De la cantine à la restauration scolaire : quels nouveaux défis pour les collectivités ?" du 5 juillet

Le jeudi 5 juillet 2018 a eu lieu une nouvelle Rencontre de l’AMF sur le thème « de la cantine à la restauration scolaire : quels nouveaux défis pour les collectivités ? » présidée par Isabelle Maincion, maire de la Ville-aux-Clercs (41) et Gilles Pérole, adjoint au maire de Mouans-Sartoux (06), alors que se tiennent au même moment les débats au Parlement sur le projet de loi agriculture et alimentation. La restauration scolaire est devenue un service stratégique des collectivités territoriales au regard notamment des enjeux sociaux et environnementaux.

Il s’agit aussi d’un service public qui doit répondre, non sans difficulté, à une augmentation des prescriptions de l’État et aux attentes des parents (accès à la cantine, qualité nutritionnelle des repas, etc.).

Ainsi, lors des débats du 5 juillet, il est apparu que si les maires souhaitent garantir au plus grand nombre une alimentation saine et de qualité, ils expriment toujours « des réserves » quant au quota de 20 % de produits issus de l’agriculture biologique d’ici 2022 que prévoit d’imposer le projet de loi agriculture et alimentation. Ces réserves portent principalement sur la possibilité de trouver les ressources nécessaires, notamment dans les régions où l’offre agricole est faible et sur la question de savoir comment éviter les importations de produits biologiques de l’étranger.

Les élus en appellent donc à l’État afin que soient trouvées des solutions visant à garantir une rémunération juste aux producteurs et à développer des filières bio locales. Laurence Maillard-Méhaignerie, rapporteure du projet de loi, a indiqué qu’une réflexion était en cours sur de nouveaux assouplissements du Code des marchés publics.

Autre sujet sensible abordé lors de la Rencontre, l’accès de la cantine à tous, devenu un droit depuis le vote de la loi Égalité et citoyenneté en janvier 2017. Les élus présents ont indiqué qu’ils n’étaient pas question de ne pas accepter des enfants dans les cantines, mais que les moyens financiers pour créer des places supplémentaires de cantine étaient insuffisants compte tenu des baisses de DGF.

Enfin, les élus se sont également interrogés sur le remplacement des barquettes plastique utilisées pour le transport et le stockage des plats, en débat dans le projet de loi agriculture et alimentation, et sur les alternatives en ce domaine.

Retrouvez l'intégralité de cette rencontre en vidéo :

 



Réf. : BW25529
11 juillet 2018