Référence : BW7767
Type : Notes
Thème : Coopération intercommunale
Rubrique : Etat de l'intercommunalité
ATTENTION : la reproduction partielle ou totale, par toute personne physique ou morale et sur tout support, des documents et informations mis en ligne sur ce site sans autorisation préalable de l'AMF et mention de leur origine, leur date et leur(s) auteur(s) est strictement interdite et sera susceptible de faire l'objet de poursuites.
Référence : BW7767

La répartition géographique de la coopération intercommunale en 2000.

12 juillet 2000
Jusqu’à l’adoption de la loi du 12 juillet 1999 relative au renforcement et à la simplification de la coopération intercommunale, les structures intercommunales étaient très inégalement réparties sur le territoire. La concentration des groupements intercommunaux est importante dans les régions de l’Ouest.
 
Ainsi constate-t-on d’importants taux de participation pour les communes rurales aussi bien que pour les communes urbaines dans le Poitou-Charentes, les Pays-de-la-Loire ou encore la Bretagne. A elles seules, ces trois régions représentent plus de 80 % de la population intercommunale.
 
Les régions Nord-Pas-de-Calais, Alsace sont tout autant engagées dans ce processus, villes et campagnes y participant fortement. Les comportements intercommunaux sont plus hétérogènes dans les régions Champagne-Ardennes, Picardie, Provence-Alpes-Côte d’Azur ou encore Rhône-Alpes, l’explication semblant en ces cas être plutôt liée au degré d’urbanisation de ces régions.
Enfin, il existe des régions à faible participation intercommunale comme l’Aquitaine, le Languedoc-Roussillon ou encore en Midi-Pyrénées où villes et campagnes manifestent une réticence certaine qui se retrouve, dans une moindre mesure, en Auvergne ou encore en Bourgogne.
 
Toutefois la région l’Ile-de-France demeure celle où l’intercommunalité est la plus faiblement développée et il faut en effet dépasser la première couronne pour trouver dans la seconde quelques structures qui demeurent néanmoins sans fiscalité propre. L’année 2000 est incontestablement marquée par une dynamique intercommunale.
 
Certaines régions comme l’Auvergne ou encore le Centre comblent leur retard, et d’autres mènent activement une réflexion sur le développement de groupements comme la région PACA.
 
Les régions fortement “intercommunalisées” comme l’Ouest ou le Nord n’ont pas vu de bouleversements particuliers ; en revanche, de nombreux groupements se sont transformés en une autre catégorie juridique ( les districts notamment ) ou ont changé de fiscalité.
--------------------------------------------
mots-clés : cooperation intercommunale ; statistique ; repartition ; region ; 2000
© Association des maires de France - Mentions légales - Contact
41, quai d'Orsay 75343 Paris Cedex 07 - Tél. : 01 44 18 14 14 - Fax : 01 44 18 14 15
Partager sur :