Espace des Associations départementales


Poursuite de la réduction des contrats aidés

Le Premier ministre, dans une interview du 26 août dernier, a indiqué poursuivre la diminution des financements des contrats aidés, considérant qu’il s’agit d’une politique qui est peu efficace pour le retour à l’emploi et préférant privilégier la formation professionnelle. Or, la formation professionnelle ne répond pas aux spécificités du public visé par les contrats aidés qui sont des personnes souvent fragiles et très éloignées de l’emploi.

Suite à cette déclaration, l’AMF a rappelé le rôle d’amortisseur social et d’insertion joué par les contrats aidés et a souligné les conséquences en matière de services offerts à la population (restauration, activités périscolaires, crèche, aides à domicile…). La réduction des contrats aidés a également eu de fortes répercussions sur le tissu associatif local. 

Le faible nombre de parcours emploi compétence (PEC – remplaçant les CUI-CAE) conclus depuis le début d’année (50.700 contrats, soit un peu plus du quart programmé) s’explique principalement par le faible taux de prise en charge (entre 30 et 60% contre 75% en moyenne pour les contrats aidés ancienne version) et la fongibilité de l’enveloppe prévue.

En effet, dès la mise en place du dispositif, l’AMF avait souligné le taux de prise en charge insuffisant et la possibilité de réorientation possible par les préfets des financements PEC vers l’insertion par l’activité économique, deux caractéristiques de ce nouveau dispositif qui expliquent son insuccès depuis le début d’année.


Emplois aidés
Insertion professionnelle et sociale
Généralités - documents d'ensemble


Réf. : BW25596
11 Sep 2018