Espace des Associations départementales


Identifiant ou mot de passe oublié ?

Vous avez oublié votre mot de passe ou votre identifiant ?
Cliquez-ici.

101e Congrès des maires : ça commence aujourd’hui

C’est ce matin que s’ouvre, à Paris, le 101e congrès de l’AMF. Après la journée des Outre-mer, hier, au Sénat (lire article ci-dessous), ce sont tous les maires de métropole et d’outre-mer qui sont conviés, jusqu’à jeudi, porte de Versailles. Un congrès que l’AMF a placé sous le signe de la « combativité ».
Ces trois jours de débats se déroulent à un moment où les relations entre l’Etat et les associations nationales d’élus sont au point mort : la Conférence nationale des territoires, dans sa version initiale du moins, est morte ; la création d’un ministère de plein exercice consacré aux collectivités territoriales n’a pas encore permis de rétablir la confiance ; et le président de la République, contrairement à l’engagement qu’il avait pris il y a un an tout juste, au congrès 2017, ne viendra pas cette année s’adresser aux maires lors de la séance de clôture. Il recevra en revanche, demain, d’une part, le bureau de l’AMF et, dans la foulée, un certain nombre d’élus à l’Élysée pour une « réception en l’honneur des maires », lors de laquelle il devrait prendre la parole. L’Élysée a également annoncé qu’Emmanuel Macron avait adressé un « courrier » à l’ensemble des maires de France.
Lors d’un point presse organisé au début du congrès, François Baroin, le président de l’association, a annoncé que le bureau de l’AMF se rendra demain à l’invitation du chef de l’Etat. Le président de l’AMF remettra à cette occasion à Emmanuel Macron une « plateforme de revendications » portant sur la « juste compensation de la suppression de la taxe d’habitation, la baisse de 13 à 10 milliards d’euros de l’effort financier demandé aux collectivités sur la mandature pour participer à la réduction de la dette publique, l’inscription dans la Constitution de la clause de compétence générale des communes et le renforcement du principe d’autonomie fiscale, une clause de revoyure sur les contrats financiers pour tenir compte de l’inflation notamment, et une révision de certaines dispositions de la loi Notre », a détaillé François Baroin. Parallèlement, Territoires unis, l’association créée avec l’ADF et Régions de France en septembre dernier, à Marseille, « élaborera une plateforme de propositions qui nourriront un nouveau texte sur la décentralisation » au premier semestre 2019. Concernant la réforme de la fiscalité locale –le gouvernement doit présenter un projet de loi dédié au premier trimestre 2019-, le président de l’AMF souhaite que ce chantier soit mené concomitamment à la révision constitutionnelle qui doit garantir et renforcer le principe d’autonomie financière des collectivités.

Points forts
Parmi les points forts de cette première journée, un débat dans la matinée sur l’intercommunalité, en présence notamment d’Alain Juppé et de Johanna Rolland, maires de Bordeaux et de Nantes. Un autre débat de la matinée porte sur l’adaptation au changement climatique, avec des interventions de Jean Jouzel, Pascal Canfin et Audrey Pulvar.
Cet après-midi, la séance solennelle d’ouverture du congrès sera notamment l’occasion de présenter l’association Territoires unis, en présence des trois présidents des associations nationales d’élus – François Baroin, Hervé Morin et Dominique Bussereau. Martial Foucault, directeur du Cevipof, présentera les résultats de l’enquête sur l’état d’esprit et le portrait des maires, réalisée à la demande de l’AMF et en collaboration avec elle.

F.L. et X.B.

 

Le quotidien d'informations destiné aux élus locaux
Abonnez-vous !

AMF : Congrès
Généralités - documents d'ensemble


Réf. : BW39113
20 Nov 2018

Auteur : F.L. et X.B.