Espace Associations départementales


La mobilisation dans l'Aisne

UNION DES MAIRES logo PetitLaon, le 19 septembre 2015

 

Union des Maires

      de l’Aisne

 

 

Les Maires du département, réunis à l’invitation de l’Union des Maires de l’Aisne (UMA), se sont réunis ce jour à 10h00 pour manifester devant l’Hôtel de la Préfecture, à Laon, contre la baisse des dotations de l’Etat versées aux collectivités locales.

300 communes étaient présentes. Le cortège des 450 élus, ceints de leurs écharpes et accompagné de banderoles, est parti de l’Hôtel de Ville, conduit par Antoine Lefèvre, Président de l’UMA, accompagné de Nicolas Fricoteaux, Président du Conseil Départemental.

Arrivés devant les grilles de la Préfecture, ils ont symboliquement remis les clés de leurs Mairies et rappelé leurs revendications lors d’un point presse. Puis, une délégation a obtenu une audience avec le représentant de l’Etat.

La baisse des dotations de l’Etat, d’un montant officiel de 11 milliards d’euros répartis sur 3 ans, fait peser d’importantes contraintes sur l’action des municipalités. Compte tenu de ces restrictions financières drastiques imposées sans concertation par l’Etat, les communes sont incitées à reprendre toujours plus de nouvelles missions avec toujours moins de moyens financiers, alors même que leurs marges de manœuvre budgétaires sont nulles. Dès lors de lourdes menaces apparaissent actuellement : très importantes réductions de l’offre de services publics de proximité, fonte majeure ou arrêt des investissements des collectivités, importante chute ou arrêt des recrutements… Les communes, étranglées financièrement, n’auront d’autre choix que d’abandonner un nombre important de leurs missions, ou d’augmenter leurs impôts locaux, ou encore de recourir à l’endettement.

Les élus ont insisté sur l’urgence de cette crise, dont les conséquences se manifesteront rapidement : selon la projection nationale établie par l’Association des Maires de France (AMF), d’ici la fin de l’année quelques 2.500 communes vont se trouver en situation d’autofinancement négatif. A court terme, près de la moitié des communes françaises  pourraient se trouver en gestion potentielle de faillite en 2017. Cette baisse des dotations est par conséquent brutale dans sa méthode, contreproductive dans sa mise en œuvre puisque les collectivités locales restent de bien meilleurs gestionnaires de leurs dettes que l’Etat, et suicidaire dans ses conséquences puisque l’Etat serait alors obligé de reprendre la gestion des communes qu’il aurait par sa faute placées en faillites.

L’exaspération des Maires porte également sur la très mauvaise estimation que l’Etat fait du coût de ses propres dispositifs, avant d’en confier la gestion aux collectivités locales sans leur en donner les justes moyens techniques et financiers. Face à ces difficultés et dans ces conditions, de plus en plus d’élus sont tentés par le découragement et l’abandon de leur mandat électif.

Les Maires constatent chaque jour les dangers du désengagement croissant de l’Etat, le manque de soutien et de considération par ce dernier pour les territoires ruraux, et demandent par conséquent un dialogue équilibré ainsi qu’une juste concordance entre transfert de missions et  moyens dévolus permettant d’y faire face. « Il en va de la crédibilité de nos institutions, de l’efficacité du service public que nous assurons, et de la considération que nous devons à nos concitoyens » a rappelé Antoine Lefèvre.

____________________

Exposition lors de l'AG de l'AD de l'Aisne des clés des mairies déposées au préfet lors de la mobilisation du 19 septembre

Mobilisation dans les départements


Réf. : BW13871
20 Sep 2015

Auteur : 02