Espace Associations départementales


Sortie de la crise sanitaire : les maires demandent à l'État davantage « d'anticipation »

« Ça ne peut plus durer, il y en a un peu marre ! ». C’est le « coup de gueule » lancé par un des maires participants à la réunion du Comité directeur de l’AMF, face à un manque jugé « préoccupant » d’informations en amont sur les mesures de sortie de crise. Bien des témoignages sont allés dans le même sens : « Les collègues sont perdus », « on n’a pas de visibilité », « c’est un casse-tête ! », ont constaté plusieurs élus. 

Exemples concrets

Avec des exemples très concrets de déclarations ou d’annonces faites par tel ou tel ministre, qui laissent les maires dans l’expectative sur la manière de les appliquer. Ainsi un ministre a-t-il récemment déclaré que pendant l’été, les touristes pourraient se faire vacciner sur leur lieu de vacances. « Avec quelles doses ? quels moyens ? dans quels locaux ? », s’est inquiété un maire, qui estime n’avoir absolument pas les moyens de vacciner ce public supplémentaire, sur un territoire où la population peut quintupler pendant l’été. 
Mêmes interrogations sur le pass sanitaire, actuellement en discussion au Parlement mais dont le gouvernement a d’ores et déjà dit qu’il serait en vigueur pour tous les rassemblements de plus de 1000 personnes, et ce dès le 9 juin. Sauf qu’aucune indication n’a été donnée à ce jour sur la façon concrète dont se dérouleront les contrôles – qui en sera chargé, sous quelle forme, etc. 
Plusieurs maires ont soulevé le problème des festivités à venir, notamment la Fête de la musique et le 14-Juillet. Une ministre ayant déclaré récemment que la Fête de la musique pourrait se tenir et même que les gens pourraient « danser », les maires se demandent dans quelles conditions cette fête se tiendrait, avec quel protocole. « Cela ne s’organise pas l’avant-veille, c’est maintenant que les contrats se signent [pour les concerts] ! », a lancé un élu. Certains élus ont d’ailleurs annoncé que, faute de visibilité, ils avaient préféré renoncer directement à organiser la Fête de la musique cette année.
Les mêmes questions se posent sur le 14-Juillet : les feux d’artifices seront-ils possibles ? Et les bals ? Les préfets semblent, en l’état actuel des choses, dans l’impossibilité de répondre aux interrogations des maires. 

Vaccination

Il a été fait état, lors de cette réunion, de fortes incertitudes sur la poursuite, au-delà de l’été, de la campagne de vaccination. Dans nombre de communes, les maires ont engagé des moyens considérables pour mettre en place des centres de vaccination, qui mobilisent des locaux et des agents. « Combien de temps pourra-t-on tenir ?, a demandé un maire. Dans ma commune, après le 31 août, ce ne sera plus possible. » Le souhait a été fait que les ARS puissent prendre le relais, et que la vaccination soit, après l’été, ouverte beaucoup plus largement aux professionnels de santé tels que les pharmaciens, de façon à ce que les communes puissent récupérer les locaux et les agents actuellement mobilisés pour les centres de vaccination. « On ne pourra pas éternellement se substituer à l’État », a lancé une élue. 
C’est, au fond, tout le débat entre centralisation et territorialisation qui est reposé – comme il l’est, du reste, depuis le début de la crise sanitaire. « Il faudra bien que l’on tire les leçons de tout cela », a souligné un élu, alors que d’autres fustigeaient, encore une fois, les décisions « venues d’en haut, parfois du soir pour le lendemain », et souvent « sans même penser à demander leur avis aux maires ». 
En conclusion de ce débat, François Baroin et André Laignel, président et premier vice-président délégué de l’AMF, ont pleinement souscrit aux propos de leurs collègues, rappelant que l’AMF a demandé de façon constante, depuis le début de la crise, une territorialisation des mesures et une plus grande concertation entre les maires et l’État. 


Le quotidien d'informations destiné aux élus locaux
Abonnez-vous !

Généralités - documents d'ensemble


Réf. : BW40755
19 Mai 2021

Auteur : Maire-Info