Espace des Associations départementales


Identifiant ou mot de passe oublié ?

Vous avez oublié votre mot de passe ou votre identifiant ?
Cliquez-ici.
Espace Élus Espace AD
Une grande campagne nationale
pour dire :
Menée à la manière d’une saga, la campagne des Maires de France mobilise l’opinion sur le rôle et actions quotidiennes des Maires dans la gestion des communes. Elle vise également à inciter les citoyens à soutenir l’indispensable échelon démocratique communal.
Edito Télécharger le dossier d'information

Cette campagne,
c'est aussi MA campagne !
Télécharger le kit de communication
2018 - TEMPS 1 : LA MOBILISATION !

Parce qu’elles sont les acteurs référents de l’entretien de la voirie, les communes ou les intercommunalités sont garantes de la mobilité des habitants et de l’articulation des territoires.

Elles sont chargées de la création, de l’aménagement (élargissement, équipements de sécurité routière, etc.), de l’entretien et de la conservation de voies classées dans le domaine public et de leurs dépendances (ponts, tunnels, etc.), ouvertes à la circulation. Le domaine public routier recouvre notamment la chaussée, les talus, les trottoirs, les accotements, etc. Elles disposent aussi d’environ 700 000 km de chemins ruraux dépendant de leur domaine privé, pour lesquels elles engagent parfois des dépenses importantes de maintenance, d’entretien, de restauration, etc.

Ces chemins sont essentiels pour le territoire, la valorisation de son patrimoine (randonnées, tourisme, qualité du paysage) et son attractivité touristique et économique.

Par extension, l’éclairage public, les pistes cyclables et la signalisation relèvent également de l’action des communes ou des intercommunalités.

La baisse des ressources des communes et de leurs intercommunalités a pesé sur les dépenses de voirie. Face à cette réduction de moyens, elles ont souvent choisi de privilégier les dépenses d’entretien, au détriment de la création de nouvelles routes. En repoussant les nouveaux projets de voirie, elles prennent du retard face aux nouvelles dynamiques urbaines et territoriales, et elles ne peuvent s’adapter aux exigences d’infrastructures que requiert le développement de l’activité économique. D’autres grandes dépenses incontournables s’annoncent : les ponts, et notamment ceux construits depuis plus de cinquante ans, nécessiteront des dépenses conséquentes de diagnostic, d’entretien et de réparation dans les années à venir afin de maintenir leur capacité de circulation et d’acceptation des tonnages. Ces ponts sont des éléments clés de la fluidité des territoires et de la mobilité des habitants.

BON A SAVOIR… / LE SAVIEZ-VOUS ?

AU CLAIR SUR LES CHIFFRES…

Selon les sources du rapport du Conseil général de l’environnement et du développement durable, 2018, on parle de l’entretien de 687 789km de voirie communale ou intercommunale.

Entre 2010 et 2015, les collectivités territoriales ont dépensé 15 milliards d’euros par an pour leurs dépenses de voirie (rapport du CGEDD). Le bloc communal y a contribué à hauteur de 67%, soit plus de 10 milliards d’euros par an.

ELLES INNOVENT…

Pour empêcher la neige et le verglas de tenir au sol et afin d’assurer la fluidité et la sécurité de la circulation, la commune d’Egletons en Corrèze s’est dotée d'une route chauffante en 2018. L'objectif des routes chauffantes est d’éviter les accidents et les bouchons provoqués par le verglas et le froid en hiver. Il évite également aux communes de lancer des opérations déneigements et de salage des routes.
Résultats ? Les routes chauffantes permettent d'emmagasiner la chaleur de l’été, pouvant atteindre les 60 degrés, et de la conserver pour l’hiver. Lorsque la route est gelée ou enneigée, grâce à des pompes, on fait remonter la chaleur pour réchauffer la route. Cette chaleur peut également être stockée dans pour alimenter des bâtiments voisins (logements, bureaux ou industries) en chauffage ou production d’eau chaude de manière écologique et durable.