Espace des Associations départementales


IntercoActu

Le bimensuel dédié aux intercommunalités créé en 2016 compte plus de 4 500 abonnés. Cette lettre comprend notamment un article politique à la une, une question d'actualité et de courts articles explicatifs renvoyant vers les notes juridiques et les informations pratiques en ligne sur le site de l'AMF.

Abonnez-vous


Pour vous abonner à IntercoActu, remplissez ce formulaire :
L'hebdomadaire de l'AMF n°104 - mercredi 7 avril 2021

1123 France Services (FS) ont déjà été labellisées. L’objectif du gouvernement reste d’atteindre 2000 structures au 1er janvier 2022. Guichet unique de services, FS doit conventionner avec au moins neuf opérateurs nationaux auxquels peuvent s’ajouter d’autres partenaires. Près de deux ans après l’annonce de leur création, ces structures présentent un premier bilan plutôt satisfaisant par rapport aux précédentes maisons de services au public (MSAP) avec davantage de services proposés et des agents d’accueil plus nombreux et mieux formés. Seuls bémols mais de taille : un reste à charge financier important pour les collectivités dans le fonctionnement, une inquiétude sur la pérennité des financements pour les nouveaux projets, et une crainte sur l'inégalité d'implication des opérateurs, sur la durée, leur présence et la qualité de leurs prestations, pointe Karine Gloanec-Maurin, la co-présidente de la Commission des communes et des territoires ruraux de l’AMF.

L'hebdomadaire de l'AMF n°103 - mardi 23 mars 2021

Maire d'Albi (Tarn) et présidente de la communauté d'agglomération de l'Albigeois, Stéphanie Guiraud-Chaumeil copréside également la commission Intercommunalité de l’AMF. Elle défend une place forte pour l’intercommunalité notamment dans le cadre du plan de relance, mais à condition de ne pas l’opposer aux communes. Adepte de la différenciation, elle propose que les CRTE (contrats de relance et de transition écologique), pour lesquels l’échelle intercommunale lui apparaît le plus souvent très pertinente, puissent avoir des dérogations de périmètre dans certains cas, en particulier pour les intercos XXL. Très satisfaite du programme Action cœur de ville, et de ses premiers résultats tangibles sur son territoire, elle insiste pour qu’il ne soit pas mis à mal par son intégration dans les CRTE.

L'hebdomadaire de l'AMF n°102 - mardi 9 mars 2021

A l’occasion du 8 mars – qui n’est, il faut encore le rappeler, ni « la journée de la femme » ni encore moins « la fête des femmes » mais la Journée internationale des droits des femmes – le Sénat a organisé, la semaine dernière, une table ronde dédiée à la question de la place des femmes dans les exécutifs locaux ruraux. L’occasion pour les associations d’élus d’affirmer leur volonté d’avancer vers une réelle parité. Il faut d’abord rappeler les chiffres avec, tout de même, des raisons de se réjouir : mandat après mandat, la parité progresse dans les exécutifs locaux. À l’occasion des élections municipales de 2020, le nombre de femmes élues dans les conseils municipaux a encore un peu augmenté, s’établissant à 42,2 % : il y a aujourd’hui quelque 216 000 élues pour 294 000 élus. La loi de 2014 imposant la parité sur les listes des communes de plus de 1000 habitants est passée par là ; et il faut rappeler qu’en 1960, la proportion de femmes élues était de 3 %. (Article de Maire-info du 8 mars)
 

L'hebdomadaire de l'AMF n°101 - mardi 23 février 2021

Maire d’Epernay et président d’Epernay Agglo Champagne, Franck Leroy préside aussi l’association des maires et des présidents d’intercommunalités de la Marne. A la région Grand Est, il est vice-président à la cohésion territoriale et à la contractualisation. Selon lui, il n’y a pas une minute à perdre : le plan de relance est là, avec de nombreuses aides, et il faut s’en saisir. Mais il reconnaît le frein pour les petites communes du manque de moyens et d’ingénierie pour monter des projets. D’où le rôle important de l’intercommunalité pour les aider et porter directement les projets les plus complexes. Condition nécessaire : retisser des liens de confiance. 

L'hebdomadaire de l'AMF n°100 - mardi 9 février 2021

La loi de finances pour 2021 prévoit de nouvelles mesures fiscales permettant aux entreprises notamment industrielles d’être plus compétitives en allégeant leur fiscalité professionnelle. Dans le même temps, l’Etat, qui a récemment annoncé des chiffres relativement rassurants sur l’état financier des communes et des intercommunalités en 2020, compte plus que jamais sur les collectivités locales – notamment les intercommunalités – pour accompagner le plan de relance et investir dans la transition écologique. Retour sur les enjeux à court terme pour les communautés dans un entretien avec Clément Bousquet, expert en finances locales.

 

L'hebdomadaire de l'AMF n°99 - mardi 26 janvier 2021

En place depuis deux ans, le dispositif « Territoires d’industrie » fonctionne bien avec 148 territoires retenus, 1600 projets remontés du terrain et 500 intercommunalités investies. Objectif : apporter un accompagnement spécifique et renforcé, piloté par les régions en lien avec les intercommunalités, afin de redynamiser l’industrie et de réduire les fractures territoriales. Le plan de relance veut capitaliser sur ce levier anti-crise avec la mise en place d’un nouveau fonds d’accélération des investissements industriels dans les territoires, doté de 400 millions d’euros d’ici 2022. Le succès a été rapide avec déjà 253 projets retenus pour un investissement de 1,4 milliard d'euros et la création attendue de plus de 5000 emplois. Lancé fin 2018 par le gouvernement, le programme « Territoires d’industrie » vise à donner une nouvelle impulsion à ces territoires souvent en difficulté, villes moyennes et territoires ruraux pour la plupart. La gouvernance s’appuie sur un binôme élu local-industriel avec un pilotage assuré par les régions. Dans une logique de reconquête industrielle, l’État soutient leurs projets avec une enveloppe de 1,36 milliard d’euros. Cette somme est issue principalement du plan d’investissement dans les compétences (PIC), du programme d’investissements d’avenir (PIA) et des opérateurs nationaux, dont la Banque des territoires.