Espace des Associations départementales


IntercoActu

Le bimensuel dédié aux intercommunalités créé en 2016 compte plus de 4 500 abonnés. Cette lettre comprend notamment un article politique à la une, une question d'actualité et de courts articles explicatifs renvoyant vers les notes juridiques et les informations pratiques en ligne sur le site de l'AMF.

Abonnez-vous


Pour vous abonner à IntercoActu, remplissez ce formulaire :
L'hebdomadaire de l'AMF n°101 - mardi 23 février 2021

Maire d’Epernay et président d’Epernay Agglo Champagne, Franck Leroy préside aussi l’association des maires et des présidents d’intercommunalités de la Marne. A la région Grand Est, il est vice-président à la cohésion territoriale et à la contractualisation. Selon lui, il n’y a pas une minute à perdre : le plan de relance est là, avec de nombreuses aides, et il faut s’en saisir. Mais il reconnaît le frein pour les petites communes du manque de moyens et d’ingénierie pour monter des projets. D’où le rôle important de l’intercommunalité pour les aider et porter directement les projets les plus complexes. Condition nécessaire : retisser des liens de confiance. 

L'hebdomadaire de l'AMF n°100 - mardi 9 février 2021

La loi de finances pour 2021 prévoit de nouvelles mesures fiscales permettant aux entreprises notamment industrielles d’être plus compétitives en allégeant leur fiscalité professionnelle. Dans le même temps, l’Etat, qui a récemment annoncé des chiffres relativement rassurants sur l’état financier des communes et des intercommunalités en 2020, compte plus que jamais sur les collectivités locales – notamment les intercommunalités – pour accompagner le plan de relance et investir dans la transition écologique. Retour sur les enjeux à court terme pour les communautés dans un entretien avec Clément Bousquet, expert en finances locales.

 

L'hebdomadaire de l'AMF n°99 - mardi 26 janvier 2021

En place depuis deux ans, le dispositif « Territoires d’industrie » fonctionne bien avec 148 territoires retenus, 1600 projets remontés du terrain et 500 intercommunalités investies. Objectif : apporter un accompagnement spécifique et renforcé, piloté par les régions en lien avec les intercommunalités, afin de redynamiser l’industrie et de réduire les fractures territoriales. Le plan de relance veut capitaliser sur ce levier anti-crise avec la mise en place d’un nouveau fonds d’accélération des investissements industriels dans les territoires, doté de 400 millions d’euros d’ici 2022. Le succès a été rapide avec déjà 253 projets retenus pour un investissement de 1,4 milliard d'euros et la création attendue de plus de 5000 emplois. Lancé fin 2018 par le gouvernement, le programme « Territoires d’industrie » vise à donner une nouvelle impulsion à ces territoires souvent en difficulté, villes moyennes et territoires ruraux pour la plupart. La gouvernance s’appuie sur un binôme élu local-industriel avec un pilotage assuré par les régions. Dans une logique de reconquête industrielle, l’État soutient leurs projets avec une enveloppe de 1,36 milliard d’euros. Cette somme est issue principalement du plan d’investissement dans les compétences (PIC), du programme d’investissements d’avenir (PIA) et des opérateurs nationaux, dont la Banque des territoires.

L'hebdomadaire de l'AMF n°98 - mardi 12 janvier 2021

À de nombreuses reprises, l’AMF a fait part de la forte volonté des maires de France d’être parties prenantes de la campagne de vaccination contre la Covid-19. Si l’AMF a salué la mise en place de cellules territoriales de vaccination à l’échelle de chaque département, elle a insisté pour que les associations départementales de maires et présidents d’intercommunalité soient systématiquement associées à ces instances stratégiques propices à l’échange et au partage d’informations. L’adhésion de la population comme la mise en place d’une organisationde proximité sont indéniablement des critères de réussite de la campagne de vaccination sur lesquels les maires sont en capacité d’agir. Il est donc essentiel qu’ils soient bien associés en amont des prises de décisions de l’État en particulier pour éviter toute situation de tension ou d’afflux dans les territoires. L’AMF a également invité l’État à s’appuyer autant que de besoin sur les partenariats existants localement entre les élus locaux et les professionnels de santé qui ont plus que jamais renforcé leurs liens depuis le début de la pandémie.

L'hebdomadaire de l'AMF n°97 - Mardi 15 décembre 2020

Très attendue, la circulaire du Premier ministre sur l’élaboration des nouveaux contrats territoriaux de relance et de transition écologique (CRTE), datée du 20 novembre, a été envoyée aux préfets de régions et de départements. Pour simplifier et unifier l’ensemble des dispositifs existants, il n’y aura désormais plus que deux niveaux de contractualisation : les contrats de plan État-région (CPER) et les CRTE pour toutes les autres collectivités. Les CRTE vont ainsi remplacer et regrouper les nombreux contrats existants (ville, ruralité, transition écologique…).Le gouvernement souhaite que chaque territoire « soit accompagné pour décliner, dans le cadre de ses compétences, un projet de relance et de transition écologique à court, moyen et long terme, sur les domaines qui correspondent à ses besoins et aux objectifs des politiques territorialisées de l'État ». Attention, les préfets ont jusqu’au 15 janvier pour arrêter les périmètres (intercommunaux au minimum) des futurs CRTE. Autant être force de proposition dans ce domaine.

L'hebdomadaire de l'AMF n°96 - mardi 1er décembre 2020

L’épidémie de la Covid-19 a mis à l'arrêt de très nombreuses activités économiques partout en France. Les commerces de proximité, ceux qui ne disposent pas des capacités et de la trésorerie suffisantes, auront beaucoup de difficulté à surmonter cette crise avec les conséquences que l’on imagine bien sur le dynamisme des territoires, déjà trop souvent touchés par la vacance commerciale. Les fractures territoriales risquent de s’aggraver si aucune action publique forte n’est menée pour préserver le tissu économique et soutenir le redémarrage rapide de l’activité.Les associations d’élus du bloc communal alertent sur le recul inédit de la décentralisation par l’étouffement des marges de manœuvre financières des communes et des intercommunalités. À l’érosion progressive des ressources locales, amplifiée par la crise sanitaire et économique, s’ajoute, paradoxalement, une série de réformes contribuant à la réduction de l’autonomie fiscale des collectivités territoriales, limitant toujours plus leur capacité à soutenir l’économie et la population.